Nouvelles

Au Carrefour des médias – Semaine du 23 au 29 avril 2022

Sur une base hebdomadaire, l’Accueil Parrainage-Outaouais (APO) sélectionne une variété d’articles écrits sur les thèmes de l’immigration, de l’accueil des réfugiés et du racisme afin de les partager avec ses lecteurs. Cliquer sur le titre en hyperliens pour lire l’article en entier.

Sommaire : 1)  Immigration : explications quant aux retards du fédéral, 2) Avenues pour une intégration réussie, 3) Québec souhaite accroître ses pouvoirs en immigration, 4-6) Spécial Francisation.

À noter que l’APO ne partage pas nécessairement les opinions exprimées par ces sources externes.

1)  Pourquoi des délais aussi longs dans les dossiers d’immigration au Québec ? (ICI Radio-Canada, le 29 avril 2022)

Depuis plusieurs années, les longs délais de traitement visant les personnes voulant immigrer de manière permanente au Québec sont dénoncés.

2) Les relations amicales, clé d’une intégration réussie (L’actualité, le 6 avril 2022)

La « recette » d’une immigration réussie soulève encore des débats, à Québec comme à Ottawa. Une affaire d’emploi, de langue ou de diplôme ? Et si c’était plutôt une question… d’amitié ?

3)  Legault veut rapatrier «tous les pouvoirs» en immigration (Le Devoir, le 28 avril 2022)

Le succès du français au Québec passe par un rapatriement de « tous les pouvoirs » en immigration, a affirmé mercredi le premier ministre François Legault.

4) Apprendre à lire en apprenant le français (Le Devoir, Cahier spécial Francisation, le 23 avril 2022)

Avant d’entamer des cours de francisation juste avant la pandémie, Nassiba Elkhalfaoui n’avait jamais mis les pieds à l’école. Aujourd’hui, la Marocaine d’origine a remporté la bourse Je persévère de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) pour ses efforts soutenus.

5) De la nécessité des classes d’accueil pour les jeunes arrivants (Le Devoir, Cahier spécial Francisation, le 23 avril 2022)

Les projections démographiques livrent toutes sortes d’informations, très utiles aux centres de services scolaires pour anticiper le nombre d’élèves prêts à amorcer leur parcours scolaire. Alors que certaines régions doivent composer avec des « baby-booms », d’autres affrontent les périls de la dévitalisation, diverses réalités que les décideurs voient ainsi poindre à l’horizon.

6) Les agents du déclin (Le Devoir, Chronique, le 28 avril 2022)

Voilà, je l’avoue. Je vis entourée d’ennemis de la nation. Par ennemis de la nation, j’entends ici tous ces vilains garnements qui contribuent au déclin de la langue française. Et contribuer au déclin de la langue française, ça signifie bien sûr ne pas avoir le français comme « langue maternelle » et « principale langue parlée à la maison ». Ou du moins, c’est ainsi que les démographes et les politiciens choisissent surtout de mesurer la vitalité de la langue française, principalement au Québec, et aussi ailleurs au Canada. Avec cette méthodologie, toute personne qui n’a pas le français comme première langue ou qui ne l’utilise pas en exclusivité dans son intimité est donc comptabilisée comme contribuant au déclin de la langue française. Des ennemis de la nation, il y en a donc pas mal.

Veuillez noter que cette revue de presse est également accessible via le site Internet de l’APO à l’adresse ; https://apo-qc.org/nouvelles/